A quoi sert la traduction?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Requiem cum libro Index du Forum // Traduction // Discussions autour de la traduction
Sujet précédent :: Sujet suivant  

A quoi sert la traduction?
A rien. Lisons tout en langue originale, bande de ringards.
33%
 33%  [ 1 ]
Selon moi, ça sert vachement. Mieux vaut une traduction mal faite que pas faite du tout.
0%
 0%  [ 0 ]
A mieux connaître sa propre langue.
0%
 0%  [ 0 ]
Ca sert à dire du mal du traducteur. Et ça, c'est toujours chouette.
66%
 66%  [ 2 ]
Total des votes : 3

Auteur Message
Adler
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2007
Messages: 350
Localisation: P3X-500

MessagePosté le: 08/04/2007 22:54:50    Sujet du message: A quoi sert la traduction? Répondre en citant
Et voila, discutons!
La traduction...Tout le monde la voit d'une manière différente.

Voici ma vision des choses, pour commencer...
Selon certains, "c'est une perte de temps. On perd tellement de la beauté d'une langue par la traduction. Ce n'est jamais à 100% identique avec le texte source de départ".
Crétins.
Ahem. Je voulais dire, certes, c'est imparfait. Mais je sais pas encore lire le japonais dans le texte, ou le sanskrit, et pourtant j'adore Yôko Ogawa et j'ai lu le Rāmāyana...Bon j'ai oublié la moitié de l'histoire, mais c'est pas le problème tsss

Après, autre problème de l'extremisme, celui du "mieux vaut pas traduire quand la traduction pue à ce point".
Re-certes. Mad
C'était mon 1er avis sur la question...Sauf que c'est encore une façon de brider les lecteurs. Imaginons l'oeuvre d'un poète maori du 17ème siècle. Peu de personnes peuvent traduire un tel texte...Si la personne se disait "han naaan, je suis trop mauvais, jvais pas le traduire" Ben paf, il tomberait dans l'oubli...Alors que, dans le cas contraire, s'il le traduit (mal), il sera quand même connu dans une langue davantage parlée, et pourra, plus tard, être re-traduit, comme l'a été Melville il y a peu...

Donc selon moi, la traduction, ça sert, comme le disent les options 2-3-4 du sondage^^ (j'aime bien la 4 )
Ah oui, et pour la 5-qui-n'existe plus (j'avais tapé "La traduction sert aussi à qqch d'autre, que je vais vous expliciter dans mon post en 27 points", mais le con de système de sondage ne veut pas plus de 4 options -_- ), je dirais que la raison "Autre" c'est que ça permet de découvrir une culture à travers sa langue...Ce qui est la première étape pour comprendre la manière de penser des autres...en général^^

Voilaaaa, je pense que c'est touuuut
A vous la parole^^
_________________
"Impossible wishes, wishes that can never be granted, they produce...a ferret." "..."

Warehouse 13
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 08/04/2007 22:54:50    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Challenger
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2007
Messages: 391

MessagePosté le: 07/08/2007 17:13:26    Sujet du message: A quoi sert la traduction? Répondre en citant
Bon alors dans ma logique de micro baladeur, je vais prendre la parole qui m'est gentiment offerte.
Nan, plus exactement, dans le cadre d'un colloque absolument passionnant (mais y a-t-il des colloques qui ne le soient pas ? Oui me répond mon oreillette textique...) sur la fiction policière aujourd'hui, nous avons été amenés (enfin pas moi bien sûr car un micro baladeur ne parle pas, il amplifie le son) à discuter de la traduction à propos de David Peace. Bon, bien évidemment nous avions parlé auparavant de la traduction et de sa nécessité pour certains auteurs (mais pourquoi vous n'avez pas cité le suédois dans le texte ? Ahem.).

Simplement, le cas de David Peace et de son roman GB84 sur lequel portait la conférence s'est avéré à la fois complexe et intéressant, autant que les courts extraits de Sorrentino cités ICI.

GB 84 est le 5ème roman de David Peace et comme tous les autres il est fortement ancré dans le Yorkshire. Il se passe en 84 comme son titre l'indique, en rapport avec une grève de mineurs qui eut lieu dans le Yorkshire en 84-85. Bon je vous passe les détails de la narration très originale manifestement (ne serait-ce que dans sa typographie) mais si vous me le demandez je pourrai développer un peu ultérieurement.

Ce qui m'intéresse ici, c'est ce qui a été dit de la traduction, que je n'ai pas pu noter pour cause de micro baladeur.

David Peace a une écriture de laquelle je retiendrai trois caractéristiques qui sont problématiques pour la traduction (enfin qui d'après les discussions l'ont été étant donnée la traduction bouleversante si j'en crois la conférencière, anglophone de son état) :

-L'élision du pronom défini : autrement dit, l'absence fréquente de "the" dans une partie de la narration (sous forme de journaux -intimes ?- à chaque début de partie) qui a été totalement occultée dans la traduction qui, elle, a restitué les articles.

-L'alternance preterit / present. Certes, nous connaissons tous le problème qu'a le français avec la narration au présent. Seulement Peace utilise en alternance les deux temps et ils n'ont évidemment pas la même signification ou les mêmes implications (tout comme en français par ailleurs). De fait, l'alternance n'est pas rendue au français, probablement pour des raisons de niveau de langue et donc occulte également une partie importante du style.

-J'ai gardé le meilleur (ou le pire) pour la fin : le vieil-anglais : l'un des personnages utilise le vieil anglais. Plus la grève apparaît comme perdue, plus sa langue retourne vers le passé (et de préférence un passé exempte de vocabulaire d'origine latine ou française comme le précise David Peace dans un entretien). OR, cet aspet est également absent de la traduction française. Certes, cela aurait été différent. Cependant, comme l'a signalé la conférencière, le français médiéval existe. ^^


Enfin, dois-je vraiment mentionner les Sheffield Wednesday traduit par Mercredi de Sheffield alors que Sheffield Wednesday est l'équipe de football de Sheffield ? Mr. Green Rolling Eyes

(Ca m'a incitée à voter la proposition 1. Mr. Green )
Ahem.
Nan mais voilà. Bien sûr que la traduction est essentielle pour nous faire découvrir des textes qu'on ne pourrait pas comprendre sans elle (je pense notamment à Gérard Genette...comment ça il écrivait en français ? Shocked). Reste que les traducteurs sont souvent très mal payés il faut bien le dire et que certains, s'ils manquent de culture, n'ont pas non plus la curiosité de vérifier si ce qu'ils disent est juste ou ne serait-ce que cohérent (hey, hey, five o'clock shadow ? Mr. Green).

Bon, voilà. C'est juste que j'avais envie de faire partager ce grand moment de solitude des anglophones et que ce topic m'a semblé le seul à pouvoir offrir un cadre à cet exemple. On pourra y revenir.

Je me propose donc d'ailleurs de retraduire David Peace. Comment ça, non ?
Enfin je te rejoins bien évidemment sur Melville et il n'est pas le seul je présume. Je ne suis pas (et serai très improbablement dans aucun futur que ce soit) traductrice mais j'aimerais bien qu'un traducteur remarquant cette imperfection, quelqu'un de parfait (nan j'ai pas d'exemple en tête) s'attèle à la tâche.
_________________
"I feel trapped. Like a moth, in a bath."
Revenir en haut
Adler
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2007
Messages: 350
Localisation: P3X-500

MessagePosté le: 07/08/2007 19:00:38    Sujet du message: A quoi sert la traduction? Répondre en citant
Challenger a écrit:

GB 84 est le 5ème roman de David Peace et comme tous les autres il est fortement ancré dans le Yorkshire. Il se passe en 84 comme son titre l'indique, en rapport avec une grève de mineurs qui eut lieu dans le Yorkshire en 84-85.

Rha, jle sens que c'est pas loin de Danum ça... Arrow

Citation:

-L'élision du pronom défini : autrement dit, l'absence fréquente de "the" dans une partie de la narration (sous forme de journaux -intimes ?- à chaque début de partie) qui a été totalement occultée dans la traduction qui, elle, a restitué les articles.

Etrange comment les traducteurs réussissent à se rater. Pas difficile, pourtant, d'oublier les articles. Connais quelqu'un qui excelle dans cette manière de parler d'ailleurs. Détestable.

Citation:

-J'ai gardé le meilleur (ou le pire) pour la fin : le vieil-anglais : l'un des personnages utilise le vieil anglais. Plus la grève apparaît comme perdue, plus sa langue retourne vers le passé (et de préférence un passé exempte de vocabulaire d'origine latine ou française comme le précise David Peace dans un entretien). OR, cet aspet est également absent de la traduction française. Certes, cela aurait été différent. Cependant, comme l'a signalé la conférencière, le français médiéval existe. ^^


J'adore trop cette idée hallucinante!!! On ressent le désespoir et l'inéluctable, c'est énorme...
Le fait de l'avoir occulté est plus que choquant...Pourquoi Daniel Lemoine n'a-il pas tenté de l'écrire en français médiéval? Au moins on l'aurait pas (autant) critiqué....

Citation:
Enfin, dois-je vraiment mentionner les Sheffield Wednesday traduit par Mercredi de Sheffield alors que Sheffield Wednesday est l'équipe de football de Sheffield ? Mr. Green Rolling Eyes

tsss
E.T Appelle chez toi!


Citation:
Nan mais voilà. Bien sûr que la traduction est essentielle pour nous faire découvrir des textes qu'on ne pourrait pas comprendre sans elle (je pense notamment à Gérard Genette...comment ça il écrivait en français ? Shocked).

C'est mal si je dis que j'ai mieux compris Genette en le lisant dans une traduction anglaise, dis? Rolling Eyes

Citation:
Reste que les traducteurs sont souvent très mal payés il faut bien le dire et que certains, s'ils manquent de culture, n'ont pas non plus la curiosité de vérifier si ce qu'ils disent est juste ou ne serait-ce que cohérent

ya un lien dans ta phrase entre le fait d'être mal payé et celui d'être pas très culturé? Mr. Green Arrow
Ok, ok, ca vaaa, jte taquine.
Pour rajouter une pierre moins bancale que celle-là, je voudrais ajouter que l'intérêt d'une traduction à plusieurs, même si elle divise le salaire, apporte une bien meilleure traduction, car ce qu'on a machinalement traduit devient soudain suspect au yeux d'un autre...


Citation:
Je me propose donc d'ailleurs de retraduire David Peace. Comment ça, non ?

Me tente pas me tente pas.... Mr. Green
Par contre on peut toujours traiter un extrait sur le forum, ça peut être instructif ^^

Citation:
Enfin je te rejoins bien évidemment sur Melville et il n'est pas le seul je présume. Je ne suis pas (et serai très improbablement dans aucun futur que ce soit) traductrice mais j'aimerais bien qu'un traducteur remarquant cette imperfection, quelqu'un de parfait (nan j'ai pas d'exemple en tête) s'attèle à la tâche.

Encore une raison de devenir milliardaire, pour payer les génies pour donner des traductions magistrales Mr. Green


Edit:
A noter que Daniel Lemoine a traduit plusieurs Peace, Rankin, Keith Ablow et même du Ray Bradbury et du Gandhi!

_________________
"Impossible wishes, wishes that can never be granted, they produce...a ferret." "..."

Warehouse 13
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 19/10/2017 04:44:18    Sujet du message: A quoi sert la traduction?
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Requiem cum libro Index du Forum // Traduction // Discussions autour de la traduction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
alexisBlue v1.2 // Theme Created By: Andrew Charron // Icons in Part By: Travis Carden
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com